La notion d’actif en comptabilité, bien plus que de simples ressources à disposition


La notion d’actif en comptabilité, bien plus que de simples ressources à disposition

Maîtriser les chiffres et avoir de bonnes notions en comptabilité est primordial pour diriger une entreprise. Ainsi, découvrons la notion d’actif dans notre série d’articles sur la comptabilité. Pour le profane, cette notion est, bien souvent, très abstraite. Éventuellement, certains pensent qu’un actif correspond à ce qu’une entreprise possède. Mais comme l’a si bien dit Nietzche « Le diable est dans les détails ». Malheureusement, l’actif en comptabilité ne se résume pas uniquement aux ressources disponibles.

1. La notion d’actif : Le côté pile du bilan

Pour rappel, dans le premier article de notre série sur la comptabilité (tenir votre comptabilité), nous avions indiqué que le bilan était composé de deux éléments :

  • L’actif : Ce que possède votre entreprise, son patrimoine, son stock de matériel, ses créances clients, l’argent dans les comptes en banque.
  • Le passif : Toutes les dettes de votre entreprise auprès de différents tiers.

Imaginez le bilan comme une pièce avec ses deux faces : l’actif représenterait le côté pile, le passif, le côté face. Deux opposés qui, comme le Yin et le Yang, forment un ensemble cohérent et équilibré.

Lors de la saisie de vos écritures comptables, tout ce qui sera mis à l’actif représentera les éléments que vous possédiez au moment de la création de votre entreprise ainsi que tout ce que vous aurez acquis durant son existence.

En définitive, la lecture de votre actif doit permettre, d’une année à l’autre, d’identifier les différents mouvements que votre entreprise aura connus en termes de ressources.

2. L’actif immobilisé : des ressources à disposition pour une longue durée

L’actif immobilisé regroupe, comme son nom l’indique, des biens dits « immobiles », à savoir, tous les éléments qui ont vocation à rester dans l’entreprise pour une durée plus au moins longue.

Il existe trois grandes familles d’actifs immobilisés :

  • Les immobilisations incorporelles : Il s’agit de tous les biens non-matériels que détient votre entreprise. Ces biens doivent garantir la pérennité de votre structure. Ils sont détenus sur une durée plus ou moins longue. Parmi ceux-ci nous retrouvons : les brevets et licences, les logiciels ou encore le fonds de commerce.
  • Les immobilisations corporelles : Il s’agit ici de biens sur lesquels vous exercez un droit de propriété. En outre, les immobilisations corporelles peuvent être classées dans les familles suivantes :
    • Les installations techniques, matériels et outillages industriels.
    • Les terrains.
    • Les constructions.
    • Les immobilisations en cours lorsque vos biens sont en construction et non terminés.
    • Les autres immobilisations.
  • Les immobilisations financières : Celles-ci correspondent aux actifs financiers détenus par votre entreprise, notamment :
    • Les titres de participation.
    • Les dépôts et cautions.
    • Les prêts.

3. L’actif circulant : des ressources évolutives

Contrairement à l’actif immobilisé, l’actif circulant concerne les biens détenus qui n’ont pas vocation à rester sur le long terme en votre possession.

Il existe sept grandes familles d’actifs circulants :

  • Les créances clients : Elles correspondent aux sommes dues par vos créanciers et qui n’ont pas été enregistrées en banque.
  • Les valeurs mobilières de placement : Il s’agit des actions, obligations et autres titres financiers permettant normalement de générer un excès de trésorerie.
  • Les stocks : Biens détenus par l’entreprise. Ils ont deux vocations :
    • Être vendus bruts ou après transformation dans un processus de production.
    • Être consommés par votre structure.
  • Les disponibilités : Elles correspondent à vos comptes courants en banque (uniquement lorsque vous n’êtes pas à découvert).
  • La caisse : Si vous détenez une caisse physique, elle sera comptabilisée dans l’actif circulant.
  • Les avances et acomptes versés : Lorsque vous passez commande auprès d’un fournisseur celui-ci peut demander une avance sur le paiement.
  • Les comptes de régularisation : Ils correspondent à tous les montants qui n’ont pas encore été comptabilisés en fin d’année ou ceux qui restent encore dus.

Yves-Henry MARSAN
Cofondateur de GMK Conseil

Yves-Henry MARSAN

Il est 1 commentaire

Add yours